Blog

VACANCES …

Écrit par Père Jean Kita

Voici revenu le temps des vacances…

Prends donc un peu le temps de respirer

à pleins poumons l’air libre et heureux !

 

 

Offre à ton corps fatigué

la sérénité du repos réparateur :

Rends-le digne et beau…

et tu seras mieux dans ta peau !

 

 

 

Offre à tes yeux habitués

des univers inconnus à contempler,

radieux  et ensoleillés!

 

Offre à ton cœur affamé la mystérieuse méditation

qui, comme une source silencieuse,

donne envie de chanter et d’aimer !

 

Offre à tes lèvres bavardes

les mots de l’accueil et de la tendresse,

les musiques de la louange et de la paix !

 

Offre à tes mains avides

de frémir aux amitiés nouvelles ou délaissées :

elles feront renaître l’Espérance et la Joie !

 

Offre à tes amis retrouvés

ta présence si précieuse qui les fera grandir et avancer !

 

Offre à l’inconnu de passage,

un secret, une découverte, un partage,

le geste inventé qui rend plus fraternel !

 

Offre à Dieu souvent oublié

ton corps, tes yeux, ton cœur, tes lèvres, tes mains,

tes amis, l’inconnu rencontré…

Ils te parleront de LUI, indiciblement !

Voici le temps des vacances…

Prends donc un peu de temps

pour respirer à pleins poumons

l’Esprit même de Dieu !

 

                                               Bonnes vacances !                      … Père Jean KITA

EN DIEU, UN + UN + UN = UN !

Écrit par Père Jean Kita

Comment parler de la Sainte Trinité, d’un Dieu Unique composé de trois personnes? Les mathématiques divines n’obéissent  manifestement pas à notre logique ! Au-delà de l’expression  un peu technique du mot, la Foi en la Trinité de Dieu est le cœur absolu du christianisme. Quand St Mathieu écrit la mission de Jésus aux apôtres: «Baptisez-les au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit »,il rapporte une  ancienne  formule baptismale qui est très précise. Il s’agit d’être plongé, immergé dans  un mouvement, celui  qui  dit le nom même d’un Dieu qui  est Père, Fils et Esprit. St Jean dit aussi, à la fin de son Prologue que « le Fils unique est tourné vers le sein du Père ». Loin d’être statique, ‘’installé’’, le Fils ne trouve la vérité ultime de son être qu’en étant relié au Père par un mouvement d’amour. En effet, la grande révélation que le Christ est venu apporter, c’est que « Dieu est Amour ». L’être de Dieu, c’est l’Amour à l’état pur, plus précisément encore, c’est d’aimer. Dieu ne peut, ne sait rien faire d’autre que d’aimer ! Or, l’amour n’existe pas s’il n’est pas mouvement, réciprocité, don et accueil. Dieu, celui que Jésus appelle « Abba » (‘’petit papa chéri’’) ne peut donc exister que comme source d’amour. Il ne peut pas se définir uniquement comme ‘’l’Etre Suprême’’. Le Père est la Source qui se donne, éternellement, gratuitement. Le Fils surgit de ce Don comme la parfaite Image du Père. Jésus dit : « Le Fils ne peut rien faire de lui-même, qu’il ne le voie faire du Père. Car le Père aime le Fils et lui montre tout ce qu’il fait ». Quant à l’Esprit, il est ce Mouvement même d’Amour qui lie éternellement le Père et le Fils. L’Esprit est le ‘’poids’’ d’amour en Dieu, au sens où St Augustin dit :’’Mon amour est mon poids‘’. L’Esprit est ce poids qui, jaillissant du cœur du Père, le fait basculer dans le don total de lui-même au Fils. (Ci-dessus, cette icône de Roublev, nous invite à entrer dans cette triple relation d’amour).

     En cette fête de la Sainte Trinité, nous pouvons regarder Dieu et lui dire, en un seul signe de croix, toute notre Foi : il est Dieu : Père, Fils et Saint Esprit. Regarder Dieu et l’aimer, en faisant le signe de croix, est une belle façon de ne pas le trahir quand on parle de lui. Nos mots sont bien pauvres et petits pour dire sa grandeur et « il y a tant de choses que nous n’avons pas la force de porter ». Mais lui, Dieu, trouve sa joie à se glisser derrière nos mots pour se laisser saisir. C’est toujours Dieu qui vient vers l’Homme pour lui donner la vie et se donner lui-même.

    Père, Fils, Esprit : trois visages d’un même visage ; trois façons pour Dieu de donner et se donner. Père, il ne cesse de créer et d’engendrer. Fils, il ne cesse de sauver au prix de sa vie. L’Esprit, ‘’la personne –amour’’ de la Trinité, fait déborder à jamais sur l’humanité la vie et l’amour du Dieu unique. Il nous fait entrer dans la vie de la Trinité et nous laisse puiser à cette source infinie pour devenir libres d’aimer, de donner et nous donner. Entrons dans ce grand mouvement : « Comme je vous ai aimés, aimez-vous les uns les autres ».

                                                                                                                                             † Père Jean KITA

L’ESPRIT SAINT : NOTRE DEFENSEUR

Écrit par Père Jean Kita

Nous avons bien du mal avec toutes les appellations concernant Dieu! Si nous comprenons que le Père est le Créateur, que Jésus Christ, Fils de Dieu est, par sa mort et sa résurrection le Sauveur du monde, le Saint Esprit semble moins connu. Et pourtant, c’est de lui qu’on parle en premier dans la Bible au Livre de la Genèse : ‘’Le souffle de Dieu planait à la surface des eaux’’ (Gen 1/2).

    Là où il y a du souffle, là est la vie. Le Saint Esprit est la 3° personne, la 3° dimension de Dieu. Les Actes nous le décrivent à la Pentecôte se manifestant comme ‘’un violent coup de vent’’ puis comme des ‘’langues de feu’’ se posant sur la tête des gens. Résultat : tous étrangers qu’ils étaient, ils se parlaient dans leur propre langue et se comprenaient. De plus : tous étaient dans la joie ! Dans l’Evangile selon St Jean, Jésus le présente comme ‘’le Défenseur …Esprit de vérité qui procède du Père’’ et qui nous permettra de connaître et de comprendre le message qu’il nous a laissé. (Jn 15/26-27)

    Comme les Apôtres, nous éprouvons bien des difficultés à admettre la mort du Christ et plus encore à croire en sa résurrection. Pour rendre témoignage de cette espérance, seul l’Esprit peut entreprendre cette œuvre intérieure. Lui seul peut permettre de comprendre et de rendre compte, de témoigner auprès des hommes de cette espérance. Tel est le double rôle de Défenseur qu’il exerce.

    Par le Baptême, nous avons reçu l’Esprit, renouvelé à la Confirmation, pour nous lancer dans le grand bain de la mission ! Avec lui, notre chemin risque de ne pas être banal. L’Esprit fait de nous des Fils bien-aimés de Dieu. En chaque être fragiles que nous restons, il existe un combat intérieur à mener entre notre volonté de faire le bien et notre tendance à nous laisser emporter par ce que St Paul appelle  ‘’les tendances égoïstes de la chair ‘’ (Gal 5/16). C’est le combat de l’amour contre l’obstruction du mal, l’épreuve ce vérité !

     A quoi se reconnaît l’œuvre de l’Esprit Saint ? St Paul énumère les points de repère suivants : ‘’l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bienveillance, la foi, l’humilité et la maîtrise de soi’’. A partir de là, chacun peut faire évaluation de sa propre ouverture intérieure aux œuvres de l’Esprit ! Chacun peut aiguiser son regard pour voir en lui et autour de lui comment il se manifeste. C’est dans la nuit que les étoiles sont belles à regarder ! A force de ne voir que le mal, on en vient à ne plus voir ou à minimiser le bien ! Les lunettes de l’Esprit permettent de relativiser et d’atteindre à plus d’objectivité.

     C’est à la Pentecôte que l’Eglise a pris naissance. Baptisés, soyons davantage des femmes et des hommes de Pentecôte  qui ont l’audace et le courage de vivre de l’Esprit de Dieu, de son Amour, contre l’esprit du mal environnant et envahissant! Notre monde en a de plus en plus besoin lui qui se fourvoie dans la violence, les mensonges, les atteintes à la dignité de la personne. Il est possible d’inverser cette spirale diabolique si, en Eglise, nous faisons davantage confiance en l’Esprit Saint, notre Défenseur. ’’Puisque l’Esprit fait vivre, dit St Paul, laissons nous conduire par l’Esprit’’ (Gal 5)                                                                       …  Père Jean KITA

JESUS QUITTE NOTRE TERRE POUR REJOINDRE DIEU SON PERE

Écrit par Père Jean Kita

Verbe de Dieu venu prendre chair dans le sein de la Vierge,

Tu voiles ta splendeur pour vivre comme l’un de nous.

Aujourd’hui, plus radieux que le soleil,

Tu disparais à nos yeux et tu retournes près du Père

Tandis que l’univers t’acclame :

Tu es Seigneur, gloire à toi,

Fils de l’homme, règne sur la Création !

Dresse-toi, Seigneur, montre ta force,

Et nous jouerons une hymne à ta vaillance !

O Seigneur notre Dieu,

Qu’il est grand ton nom par toute la terre !

Seigneur notre Dieu,

Tu es si grand, drapé de faste et d’éclat !

                                                                                    Stance (Bréviaire)

COMMUNIER POUR ETRE, COMME JESUS, ACTEUR DE L’EVANGILE

Écrit par Père Jean Kita

Le Dimanche, c’est le jour du Seigneur ! Les chrétiens sont  invités à privilégier ce jour-là, un temps  de rencontre avec lui, à rejoindre la communauté et ensemble, à lui rendre grâce.

Aujourd’hui, notre communauté accompagne 27 enfants qui, après Deux  années  de catéchèse, désirent recevoir Jésus eucharistie dans leur cœur. C’est une joie pour eux, pour leur famille, pour l’Eglise et aussi pour Dieu. Cependant, cette fête est sujette à une grande conséquence :devenir à notre tour des amis, des témoins du Christ et de l’Evangile, chaque jour. C’est le message qu’il nous adresse à tous, à la suite des apôtres et que nous avons mission, nous, les baptisés, d’accomplir. Ne l’oublions pas! Trop souvent, nous confondons religion et Foi, le con-tenant et le contenu. Etre témoin, ce n’est pas être un simple sympathisant du Christ ! C’est connaître d’abord le contenu de sa Foi, c’est-à-dire les paroles, les faits et gestes de Jésus lui-même, les faire nôtres, et ne pas avoir peur, d’en faire la base, la source de nos engagements dans la société. Pourquoi? Tout simplement, parce que les valeurs de l’Evangile sont bonnes et peuvent permettre à beaucoup de trouver un sens à leur vie, le bonheur tant recherché et que notre monde, malgré toutes ses possibilités modernes, n’arrive pas à donner.

     Communier, c’est vivre le repas de la Cène au soir du Jeudi Saint, retrouver d’abord nos racines chrétiennes, mieux  les connaître, s’en alimenter, les inscrire dans nos pensées et dans notre cœur pour nous laisser transformer intérieurement et offrir au monde un autre discours : celui de la Paix, de l’unité et de l’amour tant souhaité par le Christ pour toute l’humanité.

    Un chrétien c’est un homme ordinaire, porteur d’un message extraordinaire! Pour cela, il ne peut pas seulement se contenter d’être un spectateur des évènements, un consommateur du temps ! Il se doit, comme se plaisait  à le dire notre ancien évêque Mgr Lacrampe, de ‘’des-cendre dans l’arène’’, et mener le combat de la Foi, c'est-à-dire être acteur de l’Esprit même du Christ. Avouons tout de suite que ce n’est pas facile ! Les oppositions sont parfois violentes contre l’Evangile, contre l’Eglise, aujourd’hui ! Mais seul, on ne peut pas grand-chose !

Soutenus par une prière commune, les rassemblements eucharistiques du dimanche, forts de la présence même du Christ en nous, nous sommes alors plus forts pour oser répandre les mots de l’Evangile : Bonne Nouvelle. ‘’Un chrétien isolé est un chrétien en danger’’ disait souvent Mgr Lucien Daloz. C’est vrai. Le Christ lui-même pratiquait souvent la prière, dans le désert, à la synagogue, au Temple de Jérusalem. Il aimait méditer la Parole de Dieu avec ses disciples, ses amis venus l’écouter d’un peu partout… C’est ensemble que l’on peut mieux s’encourager, s’épauler, qu’on se sent plus à l’aise pour témoigner.

’Je prie, dit Jésus, pour ceux qui accueilleront leur parole (celle des disciples) et qui croiront en moi’’. Croire est un travail quotidien qui nécessite l’entraînement de la prière, l’engagement à être acteur de l’Evangile, le désir de vivre dans l’unité, là où le Seigneur nous envoie. Peut-il compter vraiment sur chacun de nous ?  Que chacune de nos communions nous stimule pour être disciple-missionnaire du Christ là où nous vivons !                                   … Père Jean KITA

CHOISIR D’AIMER !

Écrit par Père Jean Kita

C’est un fait, le cœur de l’homme est fait pour aimer et pour être aimé ! Quand   Dieu a créé  l’homme « à son image et à sa ressemblance » (Gen 1/26)  il  lui a façonné un cœur à sa dimension, habité de  son amour divin. C’est  ce même cœur qui bat en chaque homme, et que Dieu  nous a confié  pour nous aimer les uns les autres et ensemble, transformer  ce monde. Cette consigne d’aimer est la priorité  du plan  de Dieu. Elle nous est  rappelée par Jésus dans l’Evangile de ce jour. Aimer est le sujet numéro 1 de la Bible, des philosophies, de la littérature, du cinéma, de la chanson…C’est dire combien il est vital d’aimer ! Il concerne tout homme  considéré comme un frère sans limites ou frontières. « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés » Ce commandement du Christ, aussi beau soit-il, pourrait nous apparaître comme mission impossible ! Qui pourra en effet vivre ou approcher les qualificatifs de cet amour démontré par le Christ lui-même : amour qui soit toujours la première préoccupation, amour gratuit, respectueux, plein de miséricorde et audacieux du pardon, tendre, chaleureux, excessif même jusqu’à la folie de la Croix ? On n’aime pas quelqu’un à plus forte raison Dieu comme on aime une crème au chocolat !

      Aimer comme le Christ ? C’est sans doute d’abord se décentrer comme lui. Fils de Dieu, vivant dans l’harmonie de la Sainte Trinité, il prend la peine de ‘’se déranger’’ pour venir à notre rencontre. Aimer, c’est sortir de soi pour aller à la rencontre de ses frères. C’est par exemple, quitter son chez soi confortable, sa télé, pour aller à une réunion de parents d’élèves, de formation…prendre le temps d’aller voir le malade ou le prisonnier, aller au-devant d’une souffrance…Multiples et multiformes sont les pierres d’attente d’un signe de tendresse et d’amour!

      Aimer comme le Christ, c’est certainement vivre avec les autres. Dieu nous a créés relationnels. Fils de Dieu, Jésus a rencontré les gens, les a écouté, a partagé leurs joies et leurs espérances, leurs doutes, leurs souffrances et leurs questions. Aimer, c’est se mettre au diapason avec le vécu des autres, être attentif à ce qui fait son histoire, ses chemins de dignité, ses appels à sortir des ambiguïtés et aléas de la vie. C’est un appel à  une plus grande qualité relationnelle, en famille, entre voisins, au sein de l’entreprise

      Aimer à la manière du Christ, c’est en définitive, payer de sa personne. Christ n’a pas lésiné. Oui, aimer c’est payer parfois de sa sueur et de son sang, de son honneur et de son amour-propre, le dur service des hommes. Cet amour-là ne connaît pas de calcul ! Tout est question de don de soi-même. C’est le chemin assuré de la joie !  C’est le chemin que se doit de suivre toute communauté chrétienne. Se rassembler à l’Eglise pour prier ensemble. S’ignorer, voir se quereller à l’extérieur est un contre témoignage de ce commandement de l’Amour que le Ressuscité nous a confié !  Cela devrait aller de soi que les chrétiens, au sein d’une communauté, se soutiennent, s’entraident, s’encouragent et se témoignent solidarité et réconfort. On aimerait entendre ceux qui regardent l’Eglise de l’extérieur dire plus souvent ce que l’on disait des premiers chrétiens: « Voyez comme ils s’aiment !»                                        † Père Jean KITA

DONNER SA VIE POUR SERVIR LE CHRIST

Écrit par Père Jean Kita

C’est aujourd’hui la journée mondiale de prière pour les Vocations. Chaque  homme, chaque femme a ce qu’on appelle une vocation : avec son histoire, ses compétences, ses goûts, ses passions, chacun doit trouver sa voie pour s’épanouir, progresser, faire profiter ceux qu’il côtoie, de ce développement. C’est sa vocation humaine. Les chrétiens ont la conviction que Dieu appelle chaque homme et chaque femme à réaliser pleinement leur vocation humaine en accueillant le Christ au cœur de leur vie. Cette Journée des Vocations est l’occasion de réfléchir chacun à sa propre vocation et de découvrir la beauté de toutes les vocations, qu’elles se réalisent comme laïcs engagés dans la cité et dans l’Eglise, dans le mariage, comme diacre ou comme prêtre, religieux ou religieuse. Il s’agit de devenir des serviteurs actifs du Christ, de témoigner, aimer, se mettre au service des autres comme le Christ l’a demandé à chaque baptisé. C’est la vocation de tout chrétien. Prier pour les vocations, c’est demander à Dieu que des jeunes entendent son appel et y répondent en donnant leur vie comme prêtre, religieux ou religieuse. C’est aussi prier pour ceux qui ont répondu positivement à l’appel particulier de devenir diacre, prêtre ou religieux, en demandant à Dieu de les soutenir dans leur démarche, de fortifier leur foi et de les aider à rester fidèles à leur engagement.

En cette période de tempêtes où le sacerdoce est mis à mal, il est normal qu’on s’interroge. Les abus discréditent leurs auteurs, mais nullement  la raison d’être et la mission de l’Eglise !

Le prêtre choisit de faire l’impasse sur une belle carrière professionnelle pour se mettre to-talement au serviteur du Christ. C’est là, son plus bel acte d’amour que notre société a souvent du mal de comprendre. Certains regardent parfois le prêtre de travers, se rient de lui, mais quand il vient à manquer, les mêmes sont les premiers à se morfondre !

Le Christ a demandé que l’on prie le Maitre de la Moisson d’envoyer des ouvriers à sa moisson.

En ce mois de Mai, adoptons l’attitude de la Vierge Marie qui n’a pas eu peur de se mettre au service de Dieu durant toute sa vie ! Que cette prière proposée en ce jour nous y encourage !

Marie, Mère du «OUI», Apprends-nous à goûter la brise légère de l’Esprit qui travaille en nous.
Aide-nous à retrouver le chemin de l’intériorité pour mûrir nos engagements et nos choix avec un intense désir de sainteté.

Marie, Mère de Jésus, tu as écouté le timbre de sa voix et le battement de son cœur.

Mets dans notre vie tes sentiments, ta docilité, ton silence qui écoute et transforme

la Parole en choix de véritable liberté.

Marie, Mère de l’Eglise, intercède auprès du Père.

Qu’il dépose dans le cœur des jeunes la semence de son appel et la joie de répondre.

Qu’il éclaire et fortifie ceux qui sont appelés à se donner pleinement sur le chemin du mariage,

du sacerdoce de la vie consacrée. Amen                  

                                                                                                                                                † Père Jean KITA