De la Résurrection… ON VEUT DES PREUVES !

Écrit par Père Jean Kita

«Je ne crois que ce que je vois !» disent certains ! «Je ne vois pas Dieu!» disait Gagarine le premier cosmonaute del’histoire !

Le premier  constat  de la  résurrection  du Christ, c’est le tombeau vide! La résurrection ne s’impose pas d’une manière évidente ! Dans  tous les récits de l’Evangile, il est question de le découvrir ressuscité, à travers une expérience personnelle ! Pas étonnant que pour certains, comme Thomas, la certitude n’aille pas de soi et que le doute prenne le dessus!

   Le doute signifie  «contester la vérité, manquer de confiance!» (cf Larousse). Mais méfiance, car le doute peut aussi donner des œillères et empêcher parfois une certaine objectivité ! Paradoxalement, dans Evangile de ce jour, Jésus est bien vivant, mais ce sont ses disciples qui sont enterrés, verrouillée à double tour, enterrés par la peur qui rend soupçonneux! Et, si on ne sait comment, Jésus se trouve au milieu de ses disciples enfermés! Les oreilles des apôtres l’ont entendu : Il ne répand pas la peur mais la paix ! Il montre son humanité blessée, ses mains et son côté, les traces de sa mort. C’est bien le Jésus crucifié qui est là vivant et qu’ils peuvent voir de leurs yeux !!  

   «Tant que je ne verrai pas…tant que…je ne croirai pas !». Ne nous arrive-t-il pas aussi de tenir de tels propos ? Ne sommes-nous pas parfois les « jumeaux » de Thomas ? Et si nous l’étions jusqu’au bout ? Un doute peut-il être une preuve ? Non ! Et si un doute n’était seulement qu’une épreuve c'est-à-dire «un conflit éprouvant le courage ou la résistance de quelqu’un.» (cf Larousse). Sportivement, l’épreuve est un challenge à gagner ! C’est bien en remportant plusieurs épreuves que le vainqueur gagne le trophée !  L’épreuve du doute est un appel à réfléchir, à rechercher, à faire confiance au témoignage! «Le doute est une échelle pour monter vers Dieu» disait un Saint ! N’est-ce pas à cause de l’approfondissement des lectures de quelques grands Saints ou des Pères de l’Eglise que certaines personnes ont retrouvé le chemin de la Foi ? Et je pense à Catherine, jeune fille aveugle de naissance qui me disait : «La Foi pour moi, c’est quand quelqu’un me prend par la main et me prête ses yeux pour me conduire là où je ne peux pas aller toute seule. C’est ma chance et ma joie! »

   Autour de nous, des signes nous sont donnés de la certitude de la résurrection : Les Evangiles d’abord trop méconnus, les gens qui en vivent, qui s’aiment en vérité, se pardonnent et repartent de plus belle…les gens,  visages de béatitudes  qui sont joyeux et pacifiés, pleins de miséricorde et d’attention pour les autres, …les gens qui sont visages d’Evangile au quotidien, qui ne s’embarrassent pas de 1000 suppositions même si des questions demeurent et qui sont passés comme l’Apôtre du « tant que je ne verrai pas… je n’y croirai pas » à « Mon Seigneur et mon Dieu  »  Chrétiens de 2019, à votre tour, voulez-vous être les « jumeaux » de Thomas , passer du doute à la confiance, de la méfiance à l’Espérance, de la religion à la Foi ? Vous découvrirez alors, en chemin,  le Christ ressuscité !

                                                                                                                               … Père Jean Kita