COMMUNIER POUR ETRE, COMME JESUS, ACTEUR DE L’EVANGILE

Écrit par Père Jean Kita

Le Dimanche, c’est le jour du Seigneur ! Les chrétiens sont  invités à privilégier ce jour-là, un temps  de rencontre avec lui, à rejoindre la communauté et ensemble, à lui rendre grâce.

Aujourd’hui, notre communauté accompagne 27 enfants qui, après Deux  années  de catéchèse, désirent recevoir Jésus eucharistie dans leur cœur. C’est une joie pour eux, pour leur famille, pour l’Eglise et aussi pour Dieu. Cependant, cette fête est sujette à une grande conséquence :devenir à notre tour des amis, des témoins du Christ et de l’Evangile, chaque jour. C’est le message qu’il nous adresse à tous, à la suite des apôtres et que nous avons mission, nous, les baptisés, d’accomplir. Ne l’oublions pas! Trop souvent, nous confondons religion et Foi, le con-tenant et le contenu. Etre témoin, ce n’est pas être un simple sympathisant du Christ ! C’est connaître d’abord le contenu de sa Foi, c’est-à-dire les paroles, les faits et gestes de Jésus lui-même, les faire nôtres, et ne pas avoir peur, d’en faire la base, la source de nos engagements dans la société. Pourquoi? Tout simplement, parce que les valeurs de l’Evangile sont bonnes et peuvent permettre à beaucoup de trouver un sens à leur vie, le bonheur tant recherché et que notre monde, malgré toutes ses possibilités modernes, n’arrive pas à donner.

     Communier, c’est vivre le repas de la Cène au soir du Jeudi Saint, retrouver d’abord nos racines chrétiennes, mieux  les connaître, s’en alimenter, les inscrire dans nos pensées et dans notre cœur pour nous laisser transformer intérieurement et offrir au monde un autre discours : celui de la Paix, de l’unité et de l’amour tant souhaité par le Christ pour toute l’humanité.

    Un chrétien c’est un homme ordinaire, porteur d’un message extraordinaire! Pour cela, il ne peut pas seulement se contenter d’être un spectateur des évènements, un consommateur du temps ! Il se doit, comme se plaisait  à le dire notre ancien évêque Mgr Lacrampe, de ‘’des-cendre dans l’arène’’, et mener le combat de la Foi, c'est-à-dire être acteur de l’Esprit même du Christ. Avouons tout de suite que ce n’est pas facile ! Les oppositions sont parfois violentes contre l’Evangile, contre l’Eglise, aujourd’hui ! Mais seul, on ne peut pas grand-chose !

Soutenus par une prière commune, les rassemblements eucharistiques du dimanche, forts de la présence même du Christ en nous, nous sommes alors plus forts pour oser répandre les mots de l’Evangile : Bonne Nouvelle. ‘’Un chrétien isolé est un chrétien en danger’’ disait souvent Mgr Lucien Daloz. C’est vrai. Le Christ lui-même pratiquait souvent la prière, dans le désert, à la synagogue, au Temple de Jérusalem. Il aimait méditer la Parole de Dieu avec ses disciples, ses amis venus l’écouter d’un peu partout… C’est ensemble que l’on peut mieux s’encourager, s’épauler, qu’on se sent plus à l’aise pour témoigner.

’Je prie, dit Jésus, pour ceux qui accueilleront leur parole (celle des disciples) et qui croiront en moi’’. Croire est un travail quotidien qui nécessite l’entraînement de la prière, l’engagement à être acteur de l’Evangile, le désir de vivre dans l’unité, là où le Seigneur nous envoie. Peut-il compter vraiment sur chacun de nous ?  Que chacune de nos communions nous stimule pour être disciple-missionnaire du Christ là où nous vivons !                                   … Père Jean KITA