SUIVRE LA ROUTE DE JESUS

Écrit par Père Jean Kita

"Je suis venu apporter un feu sur la terre, et comme je voudrais qu’il soit déjà allumé !" Cette phrase n’a rien à voir avec une fameuse chanson  de Johnny  Halliday ! Ce sont là,  des paroles  étonnantes de Jésus  qui pourraient sonner comme un blasphème de sa part ! Nul autre  que lui  ne pourrait, en effet, sans être censuré, dire qu’il est venu mettre la division dans le monde. Comment le ‘’Prince de la Paix’’ pourrait être fauteur de troubles, briseur de familles ? Quand il annonce que des oppositions naîtront dans les familles  à cause  de son nom, Jésus n’émet pas un vœu, évidemment ; il ne fixe pas un objectif ? C’est un simple constat anticipé, que l’expérience confirmera au long des années.

     Toute l’histoire du monde est semée de ces conflits entre les ténèbres et la lumière, la mort et la vie, le mal et le bien, la haine et l’amour. Jésus lui-même, venu en frère dire et montrer aux hommes l’immensité de l’amour de Dieu, sera victime de ces oppositions. La haine clouera sur la croix le messager  et l’amour et fera mourir le maître de la vie. Mais la vie et l’amour l’emporteront.

      L’Ancien Testament, déjà, abonde en exemples de cette violente opposition des hommes à la Parole de Dieu : personne n’aime qu’une lumière crue vienne mettre au grand jour des agissements peu glorieux ! Les prophètes en font souvent les frais, eux qui, sans prudence, annoncent la Loi, et toutes les exigences qui en découlent. Il faut les faire taire. ‘’Cet homme doit mourir !’’ disaient les adversaires de Jérémie.

      Malheur, aujourd’hui encore, à ceux qui osent rappeler l’intégrité de l’Evangile ! Qu’ils meurent ! Quelques lignes dans les journaux apprennent que, dans notre monde actuel, des croyants, (pas seulement des chrétiens) meurent parce qu’ils veulent être fidèles. Sans aller jusqu’à ces extrêmes, au sein de l’Eglise, il n’est pas toujours bon de s’éloigner du ‘’religieusement correct’’, du consensus mou qui ramène l’Evangile à une belle philosophie humaniste. Par exemple, entendez-vous les sarcasmes qui accompagnent toute parole du pape, même quand il se contente de lire une page d’Evangile !

      C’est vrai qu’il en coûte d’être chrétien ! La route à suivre, celle du Christ, passe par les ténèbres de l’indifférence et du refus, de la haine et de la division, par le calvaire de la croix. Le disciple n’est pas au-dessus du Maître. Qu’on le veuille ou non, il n’y a pas d’autre route vers la résurrection. C’est dur mais une étoile guide ceux qui ‘’gardent les yeux fixés sur Jésus qui est à l’origine et au terme de la  Foi’’. Celui que nous suivons, met le feu sur la terre, le feu de l’Esprit et de l’amour, le feu qui révèle Dieu comme au buisson ardent.

    L’Evangile est un feu.  En suivant le Christ, notre chemin vers la paix sera souvent marqué, comme lui, par des moments de lutte. Parfois, bien des amis ne nous comprendront pas et pourront même nous rejeter. Pourtant, Jésus ne cherche pas à diviser les familles. Il y a un appel à confesser Jésus comme Messie, à reconnaitre que Dieu s’approche des hommes à travers Lui. Chaque Eucharistie nous le rappelle… A nous de témoigner du Royaume qu’il incarne !

(D’après plusieurs sources : P.Henri Caro – Prions en Eglise)                                      † Père Jean KITA