Blog 2017

QUAND DONC COMMENCE NOËL ?

Écrit par Rédacteur

 

La fête de Noël, célébrée partout dans le monde, est marquée par le scintillement  de multiples lumières  aussi bien dans nos rues que dans nos maisons. Combien parmi nos contemporains connaissent le sens chrétien de cette fête? Ne peut-on cependant percevoir dans cette profusion de lumières, l’expression d’un vrai désir, souvent caché, d’une lumière intérieure, une lumière qui ne se voit pas mais qui vient réchauffer le cœur ?

 

  Noël est un point de repère de tous les évènements du monde. Et pourtant, Dieu ne vient pas dans un palais ! On peut chercher l’ENDROIT, on peut se rappeler le JOUR, mais surtout n’oublions pas POURQUOI IL est venu.  Méditons cette hymne de la liturgie des heures.

 

Mais qui peut me dire l’ENDROIT                       

Où Jésus le Christ est né ?

Vois, Jésus prend naissance 

Où l’homme commence

D’ouvrir son cœur et ses mains

Pour changer la vie de ses frères.

Oui, là, Jésus prend naissance.

 

Mais qui peut me dire le JOUR

Où Jésus le Christ est né ?

Vois, Jésus prend naissance

Quand l’homme commence

D’ouvrir son cœur et ses mains

Pour changer la vie de ses frères.

Alors, Jésus prend naissance.

 

Mais qui peut me dire POURQUOI

Jésus le Seigneur est né ?

Vois, Jésus prend naissance

POUR TOI qui commences

D’ouvrir ton cœur et tes mains

Pour changer la vie de tes frères.

Pour toi, Jésus prend naissance.

 OUVRE TON CŒUR, OUVRE TES MAINS POUR UN VRAI NOËL !

                                                                                          † Père Jean KITA

SANS NOUS… LA CRECHE EST VIDE !

Écrit par IN

     Ce soir  même, nous allons  fêter Noël. Nous suivons l’histoire extraordinaire de Marie, le projet de Dieu en elle et par elle. Nous sommes étonnés par l’humilité de Joseph, l’ambiance de la fête…  N’en déplaise aux semeurs de doutes, allergiques à la vérité des Saintes Ecritures, il y avait bien Quelqu’un, il y a 2000 ans, dans la Crèche de Bethléem : un enfant nouveau-né, dans les bras de sa mère, accompagné de son père adoptif. Il était  semblable à tous les enfants du monde, hors mis le que cet enfant sur la paille… était aussi Fils de Dieu !.

      Dieu fait son entrée dans le monde pauvrement, sur la paille. Et nous proclamons dans notre Credo qu’il n’a pas eu bien le Temps de vieillir; ça s’est terminé sur une croix. Dieu n’a pas fait semblant ; il ne s’est  pas contenté de ‘’faire un petit tour’’ chez les Terriens, mais il a voulu vivre jusqu’au bout les joies et les épreuves de la condition humaine, et cela, pour nous plonger dans son Eternité.

      Quelques jours après Noël, chers amis, nous aurons un an de plus… Le Christ, Lui, n’a pas eu le temps de vieillir… Les cheveux blancs, les escaliers trop hauts… Lui, il n’a pas connu ! Mais il n’est pas question, pour chacun de nous, d’être mis au rencard! ‘’Tout ce que mon Fils n’a pas eu le temps de vivre, c’est vous qui êtes en train de le vivre ! Tout cet amour que mon Fils n’a pas eu le temps de semer en vieillissant, c’est vous qui l’inventez !... Moi, je ne suis pas un ‘’commercial’’ dit Dieu, ce qui m’intéresse, ce n’est pas ce qui est rentable, ce n’est pas la Bourse, c’est ce qui est humain. Je ne cherche pas à faire du chiffre, je cherche à faire de l’amour ‘’ (Jean Debruynne). En 2017-2118, Christ n’a plus que nous pour faire de l’amour : ‘’que nos oreilles pour entendre le cri de nos frères, … que nos yeux pour rayonner sa présence en nos vies,… que nos lèvres pour parler de lui aux humains d’aujourd’hui,… que nos mains pour faire son travail aujourd’hui,… que nos pieds pour conduire les humains sur son chemin,… que notre aide pour mettre les humains à ses côtés… Nous sommes la seule Bible que le public lit encore. Nous sommes le dernier message de Dieu écrit en actes et en paroles’’ (Anonyme rhénan du XIV° s.)

     Je vous souhaite de tout cœur, une belle fête de Noël, un Noël de Paix, un Noël d’espérance. Un Noël de vérité ! N’oublions pas les personnes qui galèrent, les réfugiés, tous les blessés de la vie, écrasés par la maladie ou la solitude… N’oublions pas, comme le rappelait Jean Paul II : ‘’l’attention du cœur’’.

    Ce message de Noël, je le fais mien et vous le partage. Qu’il inspire votre méditation et vous fasse retrouver, dans la joie intérieure et l’espérance, l’esprit de la fête! Comme on ouvre son cœur à l’Enfant que Marie donne au monde, ouvrons la porte de notre cœur au pauvre qui passe et demande l’hospitalité, car pour lui comme pour Jésus, ‘’sans nous, la crèche sera vide’’!

’Maisons toutes, gardez un petit espace pour Dieu qui passe! ’’(Marie Noël) Alors votre cœur s’illuminera de toutes les beautés de Dieu car votre Noël sera  habité par l’Amour venu du ciel !  Père  Jean KITA

                                                                                                                      

IL VIENT, IL REVIENDRA… IL FAUT Y CROIRE !

Écrit par Rédacteur

   

Il y a 2000 ans, il régnait au sein du peuple élu une grande effervescence car tout le monde attendait la venue imminente d’un Messie qui viendrait sauver le peuple du joug de l’occupant  romain.On était dans l’attente  de cet événement. Ce temps  de l’Avent nous place dans la même  attitude  sauf  que  le Messie  annoncé  ne sera  pas un super Napoléon, mais le Fils de Dieu : Emmanuel = Dieu avec nous.

   Paradoxalement dans l’Evangile de ce dimanche, St Marc ne parle pas de Jésus, mais de Jean, celui qui le précède et annonce sa venue. N’est-ce pas là un façon de dire que, pour accueillir l’Evangile de Jésus Christ, il faut d’abord entrer dans le temps des préparatifs ?

« Jean proclamait un baptême de conversion pour le pardon des péchés » Sa voix déplace les foules de Judée et de Jérusalem vers le désert en vue d’une purification des péchés. Jean les invite à se tourner vers quelqu’un d’autre que lui, quelqu’un devant lequel, il ne se sent pas digne de « défaire la courroie de ses sandales ». L’image qui exprime la foi de Jean est suffisamment suggestive pour mettre les foules dans l’attente. Cet autre, qui est-il ? Jean donne un signe : « Moi, je vous ai baptisé dans l’eau, lui vous baptisera dans l’Esprit Saint ».Quel est donc ce baptême dans l’Esprit dont l’action est supérieure au baptême de conversion ? 

   Lorsque nous avons été baptisés, nous avons reçu l’Esprit Saint qui nous a rendus capables d’accueillir l’Evangile de Jésus Christ. Cependant, que de fois et de multiples façons, résistons-nous à son action ! Nos pensées et nos cœurs tortueux entravent le chemin du Seigneur qui veut nous donner ses bienfaits. Nous avons toujours à découvrir comment Dieu nous aime, lui qui « prend patience envers nous car il ne veut pas en laisser quelques-uns se perdre ».

   L’Avent est un temps privilégié pour que nous réapprenions le sens et les valeurs de notre vie chrétienne : « aller de commencement en commencement par des commencements qui n’ont pas de fin » (Grégoire de Nysse) C’est ainsi que nous nous  préparons à accueillir lors de « l’avènement du jour de Dieu » la plénitude de son Esprit qui nous révèlera en vérité « Jésus, Christ, Fils de Dieu ».

   Au milieu de ce monde qui s’enlise dans bien des réalités obscures et mensongères, il  faut y croire ! Dieu ne lâche pas sa créature. Dieu aime l’humanité. C’est l’humanité qui délaisse Dieu

et qui se prend souvent les pieds dans le tapis de ses incohérences, de son orgueil et de ses limites. En écho au prophète Isaïe, la voix de Jean nous envoie vers Noël, vers la rencontre décisive du seigneur : « Préparez le chemin du seigneur, aplanissez sa route… » Ce n’est pas la peine de s’encombrer de pelles et de pioches, de tracteurs et de camions ! Pour venir au cœur de l’humanité, pour atteindre le cœur de chaque être humain, Dieu ne prend pas l’autoroute des gens pressés. Il préfère les sentiers qui serpentent parmi les hommes. Il freine son impatience, dit St Pierre « pour laisser à chacun le temps de se convertir ».Dieu est à l’œuvre  avec nous pour aplanir la route. Il nous dit son amour et, en reconnaissant notre péché, nous chantons la richesse de son pardon. Il est le Dieu qui, comme un berger pour ses brebis, porte ses enfants sur son cœur et soigne davantage celui qui est plus faible, celui qui se sait pécheur. Le Seigneur est venu, il vient, il reviendra : qu’il nous donne d’entendre son pas et de reconnaîitre sa voix !  (D’après plusieurs sources)                                                                           † Père Jean KITA 

N’ETEIGNEZ PAS LA LUMIERE !

Écrit par IN

 

 La période de l’Avent est un temps de préparation et de veille. Dans 8 jours, le Messie annoncé sera là. Toute la liturgie de ce dimanche est colorée par l’invitation à la Joie. Dieu veut faire du bien: sa nouvelle estbonne  car les captifs vont être libérés, la justice va naître (1° Lecture). Il se souvient de son amour. C’est le temps du Magnificat ! N’éteignons Pas la lumière de la Joie qui s’annonce !   Le personnage de Jean Baptiste qui ‘’baptise dans l’eau’’ sur le bord du Jourdain, est un bon indicateur de la Lumière qui vient. Il la connaît cette Lumière, mais l’heure n’est pas encore venue de la révéler. Il définit Celui qui est la Lumière comme quelqu’un qui se tient au milieu de nous et que nous ne connaissons pas. Autrement dit : il nous faut le chercher pour le découvrir et le trouver, non pas dans des nuages, derrière je ne sais quel père Noël ou quelques bondieuseries, mais dans le quotidien de nos vies. ‘’Quand deux ou trois sont réunis en mon nom, dira plus tard Jésus, je suis au milieu d’eux’’. Autour de nous, il y a des personnes qui sont de véritables témoins de l’amour du Christ, de son Esprit agissant ! Jean Baptiste était un ‘’témoin’’ de la Lumière. Ses interlocuteurs ne l’ont pas entendu ainsi, mettant en doute son rôle, son discours, sa mission. Ceux qui ne veulent rien entendre, ne peuvent découvrir la Lumière et celle des néons ne la remplacera jamais !

  Aujourd’hui, l’Eglise tient le rôle de Jean Baptiste au sein de notre monde pour lui annoncer et lui faire découvrir Celui qui vient nous rejoindre de la part de Dieu : Jésus Christ, lui-même. L’Eglise, lui rend fidèlement témoignage, comme Jean Baptiste, ‘’afin que tous croient en Lui’’. C’est sa difficile mission ! Beaucoup de nos contemporains, à l’image des Pharisiens de l’Evan-gile sont sceptiques, questionnant… ne reconnaissant pas le Christ comme Fils unique de Dieu et comme Sauveur. Beaucoup s’inventent des faux dieux, ‘’qui ont une bouche qui ne parle pas, des yeux qui ne voient pas et des oreilles qui n’entendent pas’’ (Psaume 113). Bien souvent, ils n’ont que la lumière clinquante des néons et des guirlandes pour satisfaire leurs yeux, le temps d’une fête, mais ils restent aveugles à la Lumière de la Foi que vient apporter le Christ pour illuminer, non pas les yeux, mais le cœur souvent enténébré de chacun. Car c’est bien le cœur de chacun que le Christ veut irradier de son amour sauveur. C’est le message que l’Eglise est chargée de transmettre à l’humanité. Dieu soit loué, des hommes l’entendent et en sont émerveillés. Bien qu’ils ne se sentent ‘’pas dignes de délier la courroie  de sa sandale’’, ils osent devenir ses témoins audacieux. Depuis XXI siècles, ils transmettent cette Bonne Nouvelle avec audace et courage. Aujourd’hui, c’est à notre tour! Pour cela, accueillons les encouragements de St Paul : ‘’soyez toujours dans la joie, priez sans relâche, rendez grâce en toute circonstance: c’est ce que Dieu attend de vous dans le Christ Jésus! N’éteignez pas l’Esprit’’, la Lumière qui vient du ciel !                                                     … Père  Jean KITA

TEMPS DE L’AVENT : LE TEMPS DES VEILLEURS

Écrit par IN

PREMIER DIMANCHE DE L’AVENT - 3 Décembre 2017

Après la fête du Christ, Roi de l’Univers, une nouvelle année liturgique  commence…Nous savons  que Dieu aime  l’humanité  et qu’il s’en préoccupe. Ses manières ne sont pas forcément les nôtres… En son Fils Jésus-Christ, il se donne à  connaître  et à  aimer. Plus que nous pouvons le penser, il est proche de nous et les signes de sa présence sont nombreux. Mais nous ne savons pas toujours les percevoir. Observons les évènements du monde : les uns sont tragiques et font souvent la ‘’Une’’ de nos informations, les autres sont merveilleux et passent pratiquement inaperçus tant et si bien qu’ils paraissent insignifiants et qu’on ne sait plus s’en réjouir !…Quel dommage !  Le temps de l’Avent est le bienvenu pour permettre à chacun de changer ses lunettes d’observations, d’aiguiser son regard pour voir le monde autrement, d’écarter certaines analyses à  œillères, pour discerner les beautés et les merveilles de la vie. Ce regard neuf permet  de mieux repérer les traces de Dieu dans son aventure personnelle, de vérifier son propre itinéraire spirituel, de prendre le pouls de ses espérances humaines et de ses solidarités avec les autres…Finalement,  tous les hommes sont comme chacun d’entre nous, en attente d’un bonheur, d’un mieux vivre…Accueillons l’annonce qui nous est faite : Le seigneur vient, il reviendra : restez éveilles ! Soyons attentifs !

     Le temps de l’Avent, c’est le temps des chercheurs, de ceux qui sont avides de connaître le sens des choses, de la vie du monde. On ne peut comprendre ce temps qu’en étant des pèlerins en quête d’aventure et d’infini, fascinés par le bonheur qui toujours nous échappe, pèlerins en quête d’humanité…à la manière de Dieu qui a pris nos chemins pour mieux nous connaître et nous aimer…Dieu ne s’attend pas, il se cherche.

    Le temps de l’Avent est un temps d’attente active …c’est-à-dire de méditation intérieure, les yeux ouverts et le cœur éveillé, pour s’étonner de la réalité de l’Evènement-Noël dans la vie quotidienne. C’est un temps d’ouverture et d’acceptation de la naissance de Dieu en chacun de nous et des conséquences qui en découlent. Comme une future mère prépare la layette pour son enfant à venir, il convient de ne pas s’endormir, et même rêveur, d’être tout attention-né… « Veillez…Il ne faudrait pas qu’Il (le Seigneur)  vous trouve endormi ».

     Le temps de l’Avent, c’est le temps des veilleurs, attirés par la clarté de l’Evangile et sa vision possible de l’amour de Dieu offert à tous les hommes…« Prier pour être jugé digne de paraître devant le Fils de  l’homme » C’est le temps de sortir de ses sommeils confortables, pour se lever et prendre une nouvelle route, oublier les mauvais parcours du passé et se mettre à courir sur les voies que nous ouvre le Seigneur : elles sont « amour et vérité » (Ps 24).

     Le Temps de l’Avent, c’est un temps de grâce pour qui est prêt à suivre Dieu qui vient. Il adopte alors des attitudes de croyant vigoureux qui n’a pas peur des œuvres de mort qui l’entourent, mais cultive dans son cœur des jardins d’espérance, qui plaisent à Dieu et encouragent sa marche. C’est en veillant dans la Foi, que les chercheurs de Dieu découvriront sa lumière !  Ouvrez bien les yeux ! Bonne route de l’Avent !                          † Père Jean KITA

FETE DU CHRIST-ROI DE L’UNIVERS

Écrit par IN

FETE DU CHRIST-ROI DE L’UNIVERS – 26 NOVEMBRE 2017

 

Prière pour la préparation du synode

 

Père, merci pour ta présence et ton action dans notre diocèse,

dans le cœur de chacune et de chacun, croyant et non croyant,

qui avance vers plus d’amour et de liberté.

 

Fais grandir la vitalité de tous ces chrétiens engagés

dans les services de l’Eglise, dans les paroisses,

les aumôneries, les mouvements.

 

Jésus, « qui nous séparera de ton amour ? »

Devant la désespérance, la course au profit,

la souffrance de nos sœurs et de nos frères, celle de la création…

nous croyons que tu es Résurrection et que tu es Vie.

 

Que notre synode soit porteur de changement,

de croissance humaine et spirituelle,

qu’il fasse grandir la communion,

qu’il ouvre un avenir aux jeunes.

 

Donne-nous, Seigneur, d’être avec toi,

les témoins que ton Royaume s’est approché.

 

Esprit-Saint, pendant la préparation de ce synode,

donne à chacune et chacun de nous

de laisser tomber la peur du jugement

des autres et de nous faire assez confiance à nous-même

pour dire ce que nous sentons et pensons.

 

Donne-nous de savoir écouter ce que l’autre nous partage

de ce qu’il pense et sent,

et de l’accueillir comme une « terre sacrée ».

 

Ouvre-nous à l’accueil de ta présence

dans tout ce qui émerge pendant cette préparation ;

ouvre-nous au dialogue vrai avec les autres.

 

Marie, par ta foi s’incarne le Verbe.

Sois notre modèle pour que Jésus s’incarne aujourd’hui en nous. Amen.

 

 (La communauté des sœurs de la charité de l’Escale, Sr Christiane, Claude-Marie, Laura).

AVEC LES PAUVRES, ACCUEILLIR L'ESSENCE DE L'EVANGILE

Écrit par IN

C’est aujourd’hui la journée mondiale de la pauvreté. C’est aussi la Journée nationale du Secours Catholique. L’Evangile de ce dimanche nous invite à méditer la parabole des talents. Comment  gérons-nous  nos talents, qu’ils soient matériels, spirituels, moraux, artistiques… ?  Notre trésor premier n’est-il pas d’avoir rencontré le Christ et d’essayer de passer notre vie à le faire fructifier dans notre cœur et autour de nous ? Le meilleur des talents, n’est-il pas d’aimer Dieu et nos frères de la même manière, en particulier les plus pauvres qui nous entourent ? ‘’Petite enfants, n’aimons pas en paroles, ni par des discours, mais par des actes et en vérité’’ (1 Jean 3/18)

Pour cette journée de prière et de solidarité, le pape François nous adresse ce message : ’’J’invite l’Eglise toute entière ainsi que les hommes et les femmes de bonne volonté, à avoir le regard fixé, en cette journée, sur tous ceux qui tendent les mains en criant au secours et en sollicitant notre solidarité. Ce sont nos frères et sœurs, créés et aimés par l’Unique Père céleste.

Cette journée entend stimuler en premier lieu les croyants afin qu’ils réagissent à la culture du rebut et du gaspillage en faisant leur, la culture de la rencontre. Que cette nouvelle journée mondiale devienne un appel fort à notre conscience de croyants pour que nous soyons plus convaincus que partager avec les plus pauvres, nous permet de comprendre l’Evangile dans sa vérité la plus profonde.’’

La mission du Secours catholique est une mission d’amour et d’éveil à la solidarité, pour que les personnes en situation de pauvreté que nous rencontrons, puissent se sentir aimés par le Christ, d’un amour inconditionnel. Ce dimanche, ainsi que les autres jours, si dans notre quartier, notre village, vivent des pauvres, approchons-nous d’eux : ce sera un moment propice pour rencontrer le Dieu que nous cherchons. L’Equipe du secours Catholique de Lure a besoin de votre soutien matériel et spirituel pour avoir les moyens d’accomplir cette belle mission.

 Nous aussi, à l’image du Christ, nous pouvons faire preuve d’amour en donnant un peu plus de nous-même pour les autres. A chacun d’inventer un moyen concret pour soulager la peine, la souffrance des plus nécessiteux qui sont nombreux non seulement dans le monde mais aussi autour de nous !                                                                                                   † Père Jean KITA