Une communauté habitée par l’Esprit et qui rend compte de l’Espérance

Écrit par Père Jean Kita

Les textes de ce dimanche nous invitent à vivre notre Foi dans l’Espérance ! Ça tombe bien, compte tenu des de la violence causée par le coronavirus si sournois et imprévisible ! Les victimes se comptent par milliers ! Il y a de quoi avoir peur et bien sûr de redoubler de vigilance pour se protéger et protéger ceux qui nous entourent !

Les récits que nous entendons depuis Pâques nous relatent l’enthousiasme missionnaire des Apôtres. Ils se sont mis en route et partout où ils passent, ils répercutent les évènements qui se sont déroulés à Jérusalem.  Partout ils sont écoutés, des gens se convertissent et adhèrent à la Foi au Christ. Par leurs témoignages, ils rendent ainsi compte de leur espérance.

Malgré tout, les Apôtres vont se trouver affrontés à des réticences et des oppositions parfois virulentes. La mission n’est facile. Ils n’en baissent pas pour autant les bras ! Il y a une manière chrétienne de faire l’annonce:« avec douceur et respect » préconise St Pierre qui ajoute:« ayez une conscience droite pour faire honte à vos adversaires au moment même où ils calomnient la vie droite que vous menez dans le Christ ». On est loin ici, de toutes ces attitudes qui poussent à la polémique, à certains entêtements qui créent la division !

Ah ! La calomnie… qui transforme certaines langues en langues de vipères venimeuses et qui faisait dire à Beaumarchais (le Barbier de Séville): ‘’La calomnie, monsieur ! J'ai vu les plus honnêtes gens près d'en être accablés. D'abord un bruit léger, rasant le sol comme l'hirondelle avant l'orage, murmure et file, et sème en courant le trait empoisonné. Telle bouche le recueille, vous le glisse en l'oreille adroitement. Le mal est fait ; il germe, il rampe, il chemine, et, de bouche en bouche il va le diable; puis tout à coup, je ne sais comment, vous voyez la calomnie se dresser, siffler, s'enfler, grandir à vue d'œil. Elle s'élance, étend son vol, tourbillonne, enveloppe, arrache, entraîne, éclate et tonne, et devient un cri général, un crescendo public, un chorus universel de haine et de proscription’’.

C’est à partir de la Pentecôte que tout s’éclaire pour les disciples. L’Esprit de Vérité, l’Esprit Consolateur les anime pour rendre chacun capable de ‘’rendre compte de l’Espérance qui est en lui’’. L’Esprit est le prophète de la fidélité de Dieu. Par lui, les disciples comprennent que le Christ ne les a pas abandonnés, qu’il est vivant, pas seulement en un au-delà inconnu mais au milieu d’eux, en eux. Il les envoie, témoins de la vie et de l’amour du Christ, semer l’Evangile en des terres imprévues, comme Philippe en Samarie. La fidélité de Dieu répond à la fidélité des disciples, don de Dieu. Le dialogue se fait entre amour et commandements, et les commandements de Dieu ne peuvent pas être une somme pesante de règlements et d’interdits. La fidélité du disciple est la plus belle des libertés, celle d’aimer et de vivre dans l’amour de Dieu. C’est de cette pandémie-là que tout baptisé devrait se faire le disciple et le témoin ! Pandémie de l’amour et de l’espérance, à l’image du Christ, mort et ressuscité ! Celui qui aime Dieu et ses frères ne peut pas se tromper puisque « Celui qui m’aime sera aimé de mon Père », promet Jésus. Ebloui par cette splendide évidence et l’incroyable richesse de la fidélité de Dieu, St Augustin traduisait tout simple-ment :’’Aime et ce que tu veux, fais-le !’’ Beau programme pour les témoins de l’Evangile pour notre monde d’aujourd’hui ! Et si le combat contre le coronavirus nous préoccupe, n’oublions d’écouter la voix de l’Esprit Saint en chacun de nos cœurs ! Il sait ce dont notre planète a besoin et répondre à nos appels !                                                                                                                                                                                                                                                                                                             .                                                                                                                                                                †  Père Jean KITA