PRIER POUR MIEUX CONNAITRE LE PERE ET LE FILS

Écrit par Père Jean Kita

   Même confinés, nous venons de vivre la fête de l’Ascension du Christ. Dimanche  prochain, nous  célèbrerons  la Pentecôte, le don  de l’Esprit Saint. Entre temps, ce dimanche, nous sommes invités à méditer à partir d’un extrait de la grande prière de Jésus, rapportée par St Jean (17.1b-11a). C’est  par  la prière que nous demeurons  en communication  avec Dieu. Le Christ  ne nous a pas abandonné. Il n’est pas  reparti comme ilest venu ! En effet, il emporté avec lui le poids de nos existences humaines dont les stigmates de la Passion sont porteuses. C’est dire combien il nous a aimés et jus-qu’où il a donné sa vie pour le salut de toute l’humanité ! Mais, pour garder le contact, Jésus nous parle de l’importance de la prière.

    " La prière de Jésus est totalement habitée par la mission qu’il doit accomplir : donner la vie éternelle à ceux qui lui ont été confiés par le Père. Cette vie éternelle n’est pas une vie après la vie en ce monde ; Elle consiste plutôt, nous dit Jésus, en la connaissance du Père et du Fils : « La vie éternelle, c’est de te connaître, toi, le seul Dieu, le vrai Dieu, et de connaître celui que tu as envoyé, Jésus Christ ». La vie éternelle n’est pas liée au temps mais à la Foi. Elle se découvre et se vit dans la pratique des sacrements, lesquels introduisent à la connaissance de Dieu. Le Baptême, l’Eucharistie, la Réconciliation, les autres sacrements  n’enseignent pas un savoir sur Dieu, mais ouvrent le fidèle à la vie Trinitaire.

     La mission du Christ consiste précisément en cela : nous conduire chacun, dans le temps qui est le nôtre, au partage de la vie divine. A ceux qui répondent favorablement à son appel, le Seigneur adresse cette parole extraordinaire : « Je trouve ma gloire en eux ». Le croyant qui joue le jeu de l’amour Trinitaire offre au Fils la joie d’accomplir la volonté du Père et d’en retirer, en quelque sorte, une certaine fierté.

     Participons à la joie du ciel ! Osons devenir la gloire du Fils ! Laissons-nous transfigurer par les sacrements ! Ils sont les portes de la vie éternelle’’. (Père Luc Fritz, assomptionniste)

   Je suis très ému de voir combien Jésus est en attente de la Foi de ses disciples, attentifs aussi à la façon dont ils accueillent la Parole : c’est pour eux qu’il va prier avant de s’en aller. Il prie pour les "croyants", pour ceux qui ont accueilli la lumière de sa Parole, bu à la source de la Foi, qui se sont levés à son passage et l’ont suivi et ont aimé son témoignage. C’est aux croyants d’hier et d’aujourd’hui que Jésus confie la Parole de salut pour le monde.

   Ainsi, le chrétien qui se doit d’être un ‘’témoin-missionnaire’’, n’est pas tant celui qui sait des vérités sur Jésus de Nazareth, mais celui qui se laisse bousculer, façonner par l’amour, un amour qu’il découvre et accueille, qui cherche à saisir après avoir été saisi. Le chrétien est invité à l’humilité plus qu’à l’assurance, à ‘’naître à nouveau’’ d’une parole d’amour venue de l’Esprit même de Dieu, invité pour cela à une prière fidèle et confiante, à l’image de celle du Christ envers son Père. Il s’agit d’entrer dans une relation vivante avec Dieu. Souvenons-nous de ce paysan qui disait au curé d’Ars : « Je l’avise et il m’avise ». Il n’y a ni désir de mettre la main sur Dieu ni sentiment douloureux de solitude.  Puisse notre prière devenir communion d’amour avec Dieu !  Et en méditant la prière du Christ à son Père, nous sommes invités à entrer dans cette relation filiale privilégiée à devenir enfants de Dieu, témoins de sa grâce au cœur de ce monde, là où nous sommes semés. Nous sommes aimés non pour déserter, pour quitter ce monde, mais pour l’habiter pleinement ! C’est par la prière que nous trouverons les grâces nécessaires pour cette mission.   (D’après plusieurs sources)                                                                               † Père Jean KITA